-10% sur votre 1ère commande avec le code NAKAFIRST -10% sur votre 1ère commande avec le code NAKAFIRST

L’OMS le confirme : le CBD n’est ni un dopant, ni un stupéfiant

Les propriétés relaxantes, déstressantes et apaisantes du CBD sont souvent recherchées par les consommateurs. Ces bienfaits sont d’autant plus importants dans le monde du sport où les corps sont mis à rude épreuve. Mais a-t-on le droit d’ingérer du cannabidiol sans prendre le risque de se faire contrôler au test antidopage ?

La distinction entre cannabidiol (CBD) et drogue est souvent assez flou. Il en va de même pour la distinction entre CBD et dopage. Si on vante souvent les vertus de cette substance, a-t-on vraiment le droit d’en consommer, qui plus est dans le milieu très encadré du sport ? 
Nous vous expliquons ci-dessous les subtilités de la règlementation du CBD dans ce domaine.

La prise de position de L’OMS sur le cannabidiol (CBD)

L’évolution favorable de la législation du CBD dans le monde du sport est avant tout liée à une décision majeure de l’Organisation Mondiale de la Santé.

Début 2018, l’OMS publiait un rapport sur le CBD via le Comité d’Expert sur la Dépendance due aux Drogues (CEDD), indiquant que « les preuves actuelles montrent que le cannabidiol (CBD) n’est pas susceptible d’être dangereux en cas de surconsommation, ni de créer une dépendance comme pour les autres cannabinoïdes (tels que le tétrahydrocannabinol (THC) par exemple) ». 
Le CEDD poursuit et achève le rapport en précisant “ que les informations actuelles ne justifient pas la classification du cannabidiol.

Cette déclaration est une avancée importante pour la communauté du cannabis, et pousse les pays à revoir leur législation. Il s’en suit un examen complet du cannabis qui aboutira à une révision politique en Mai 2018.

L’évolution de la règlementation du CBD au sein de l’Agence Mondiale Antidopage

A la suite de ces déclarations de la part d’un des organes majeurs de la santé mondiale, l’Agence Mondiale Antidopage (WADA) retire le CBD de la liste des substances interdites le 27 Décembre 2018, en précisant que « Tous les cannabinoïdes naturels et synthétiques sont interdits, à l'exception du cannabidiol (CBD) ».  Les sportifs peuvent donc utiliser librement du CBD sous ses différentes formes (huile CBD, baume CBD, fleur CBD…) sans être sanctionnés par un contrôle antidopage.

Un an plus tard, c’est la Commission des stupéfiants des Nations Unies (CND) qui décide de revoir sa liste des substances considérées comme des drogues. Le cannabis et sa résine sont alors reclassifiés dans la nomenclature des drogues, et apparaissent désormais dans l’annexe I de la convention, qui regroupe les substances ayant un intérêt thérapeutique.
Par cette action, la CND reconnait les vertus médicinales que peut avoir le CBD sur la santé des patients.

Depuis cette date, le cannabidiol peut être utilisé dans le domaine médical, sans que son utilisation soit prohibée par l’ONU, comme c’était le cas jusqu’alors.

L’utilisation du CBD dans le milieu sportif

Si le cannabidiol n’est plus considéré comme un produit dopant depuis 2018, le CBD et le sport font ils bon ménage ?
La réponse est unanime du côté des sportifs : oui le CBD est un allié de choix, et ce pour plusieurs raisons :
  • Il soulage les douleurs et aide à la récupération après un effort physique intense
  • Agit comme un anti-inflammatoire
  • Aide à lutter contre l’anxiété et le stress avant les compétitions
  • Améliore la qualité du sommeil

C’est donc tout naturellement que cette substance est de plus en plus utilisée chez les athlètes, professionnels ou non.
Une étude menée par PEACE (Pain, Exercise, and Cannabis Experience) en 2019 a d’ailleurs démontré que 26% des sportifs utilisaient du cannabidiol.

Les JO se tenant actuellement à Tokyo seront les premiers jeux où le CBD sera toléré, mais l’Agence Mondiale Antidopage met en garde les athlètes en précisant que « Le CBD n'est pas interdit; cependant, les athlètes doivent savoir que certaines huiles et teintures de CBD extraites de plantes de cannabis peuvent également contenir du THC et des autres cannabinoïdes, ce qui pourrait donner un résultat positif aux  cannabinoïdes lors d’un test antidopage ».

Découvrez-en plus sur la législation française autour du CBD : Le CBD est-il légal en France ?

Sources :

L’ONU reconnaît officiellement l’utilité médicale du cannabis

CANNABINOÏDE -Agence Mondiale Antidopage

Drogues : L'ONU reconnait pour la première fois les vertus thérapeutiques du cannabis

Un dérivé du cannabis (CBD) autorisé aux athlètes pour la première fois des JO à Tokyo

Cannabis use in active athletes: Behaviors related to subjective effects

Laisser un commentaire: